Partenaire des Banques populaires

Témoignages

L'AVIS D'UNE GRANDE BANQUE

Banque Populaire est déjà la première banque de la création d'entreprise. Parce que nous pensons que céder son entreprise est aussi important que de la créer, nous sommes également présents depuis de nombreuses années sur la transmission.

Connaître la valeur de son entreprise est pour un dirigeant une information primordiale car bien souvent le patrimoine privé d'un dirigeant est fortement lié à son patrimoine professionnel.

Aujourd'hui il n'existe pas de solution simple, ouverte au grand public, pour estimer le prix d'une entreprise. VALENTIN rompt avec cette logique d'expert et s'adresse avant tout à ceux qui en ont le plus besoin : les chefs d'entreprise. Il ne cherche pas à calculer un prix normatif mais à fournir une fourchette correspondant à des prix de vente réellement observés dans le marché pour des entreprises comparables. Plutôt que de définir une valeur théorique VALENTIN cherche avant tout à estimer le prix qu'un investisseur est prêt à payer.

Christophe DESCOS,
Directeur du Marché des Entreprises & Institutionnels
Direction du Développement Banques Populaires

L’avis d’une experte comptable

Je me suis toujours beaucoup investie professionnellement dans les questions relatives à la transmission des entreprises. C’est ainsi que j’ai pu constater à quel point les problèmes de valorisation étaient mal appréhendés par les dirigeants, et combien il était nécessaire de les éclairer sur ce point sensible en leur proposant des outils simples et concrets qui dépassent les seules formules arithmétiques.

A cet égard j’ai participé au sein de l’Ordre des Experts Comptables à la mise en place, d’une base d’informations entrepriseevaluation.com, dans laquelle nous avons intégré à côté des méthodes traditionnelles bien connues (actif net réévalué, valeur de rentabilité, DCF…), d’autres approches originales qui apportaient un éclairage complémentaire, notamment sur les aspects non financiers de la valorisation (la qualité du fonds de commerce par exemple).

Parmi celles-là la méthode VALENTIN® m’est apparue comme une référence sérieuse, pragmatique, et qui prend en compte la réalité des prix de cession. Je l’ai donc adoptée, et au sein de notre cabinet nous nous en servons avec Elisabeth Lacroix mon associée, pour étalonner « le nuage de points » constitué par tous les résultats issus de l’application de l’ensemble des méthodes comptables usuelles.

VALENTIN® nous donne donc une opportunité supplémentaire de bien conseiller nos clients.

Agnès BRICARD,
Bricard Lacroix & Associés,
1er Femme Présidente du Conseil Supérieur de l’Ordre des Experts Comptables d’Ile de France (2011/2012)
Présidente de la Fédération Femmes Administrateurs

L’avis d’un repreneur entrepreneur

En tant que repreneur d’entreprise, VALENTIN® permet de considérer une approche globale de valorisation. La fourchette ainsi établie est cohérente, permet de se concentrer sur les ressorts de l’entreprise et non son seul prix, et libère ainsi beaucoup de temps avant les audits finaux.
Ma recommandation à tout candidat repreneur, sera de ce concentrer sur le business model de l’entreprise et sa productivité. J’ai connu quelques repreneurs tellement absorbés par le seul prix (fais-je une bonne affaire ?) qu’ils en ont oublié l’objectif final de l’entreprise et se sont perdus.

VALENTIN® offre une approche pragmatique et assez cohérente de valorisation. Le modèle n’empêchera pas une seconde étape plus financière ou comptable.

Il permet de gagner avec sérieux beaucoup de temps et de cohérence dans l’analyse initiale d’un dossier.

Guy MAINDIAUX
ALINEA EUROPE

L’avis d’un commissaire aux comptes

Je suis commissaire aux comptes. J’ai fondé le cabinet PAC en 2005 pour répondre au besoin des décideurs confrontés à des situations (rachat, fusion, restructuration…) où le recours à des experts indépendants s’impose.
Depuis cette date, le cabinet PAC a accompagné plus de 90 transmissions d’entreprise, tant du côté acquéreur que vendeur.
Lors de ces missions, j’ai pu observer que les principales difficultés étaient plus souvent liées à des problèmes de prix (et donc de valeur) que de fiscalité.
En matière d’évaluation, les professionnels du chiffre se heurtent souvent à l’absence de données comparables, dont l’importance va en croissant à mesure que les méthodes fondées sur les prévisions produisent des résultats de plus en plus incertains, notamment en période de crise.
C’est pourquoi, en complément des méthodes classiques, basées sur le patrimoine ou la rentabilité (pour autant que l’on puisse disposer de prévisions), j’ai souvent recours au modèle VALENTIN car c’est le seul modèle qui s’appuie sur la réalité des prix de cession de TPE/PME pour déterminer la valeur d’une entreprise.
Outre la qualité de ses résultats, le modèle est simple à mettre en œuvre (il suffit de répondre à une quarantaine de questions, financière ou pas) et clair à expliquer aux clients (les questions posées sont pour la plupart pleines de bon sens).
C’est pourquoi je recommande son utilisation.

Pierre Préjean
Ancien Président du Comité Evaluation-Transmission au sein du Conseil Supérieur de l’Ordre des Experts Comptables (2009-2013)

L’avis d’un avocat

Le Modèle Valentin est un outil de travail simple et rapide qui permet de se conforter sur une approche personnelle de valorisation d'une entreprise sans avoir eu l’ obligation de faire de grandes études financières ou comptables.

Basé sur la CAF et l’ environnement commercial, il permet de reléguer au passé les divergences d'approche entre le retraitement rétrospectif du bilan et la projection hypothétique du résultat dans le futur .

Pour l'avoir confronté à postériori sur des cessions concrètes de PME il s'avère d'une redoutable efficacité avec un prix transactionnel situé exactement dans la moyenne des résultats donnés - un grand merci à son créateur.


Jean-Luc GUERARD
Avocat au Barreau de Versailles
Droit Fiscal
Droit des Sociétés